La fièvre des Chic-Chocs

chicchocs2014-027-entete

Certains ne l’ont vécu qu’une seule fois. D’autres recherchent la magie chaque année. Tous s’entendent sur une chose : les Chic-Chocs, c’est la destination ski à l’est de l’Amérique du Nord. Quatre experts d’Oberson nous disent pourquoi.

ROXANNE SAUVAGEAU
ÂGE : 25 ans
OBERSON (LAVAL) DEPUIS : 2 ans et demi
SKIS AUX PIEDS À : 4 ans
SPÉCIALITÉ : ski alpin
PIQÛRE DES CHIC-CHOCS : l’hiver dernier!

« J’ai eu la chance d’être invitée par une compagnie de vêtements de ski pour aller skier dans les Chic-Chocs l’hiver dernier. On logeait à l’Auberge de montagne des Chic-Chocs. La totale, quoi ! Comme on est arrivés un peu tard,
ce n’est que le lendemain matin que j’ai pu constater la beauté de l’environnement, mais aussi évaluer son degré de difficulté. Disons que je suis une skieuse assez avancée quand je skie à Tremblant, mais je me sentais plutôt intermédiaire sur ce genre de terrain. On t’amène au point de départ en grosse chenillette. Les montées en ski sont difficiles, ce qui fait que tu arrives au sommet déjà épuisé. Mais tu oublies tout quand tu t’élances dans la forêt. Au départ, tu skies sur des sommets dénudés — impressionnant ! — avant d’entrer en pleine forêt dans de denses sous-bois. Aux Chic-Chocs, dame Nature est généreuse. Tu descends avec de la neige naturelle jusqu’aux genoux. Comme tu es ton propre télésiège, tu es à la fois fier d’être en haut, et fier d’être en bas. En une demi-journée, je n’ai fait qu’une seule descente… mais quelle descente ! »

JEAN-PHILIPPE CRÊTE
ÂGE : 33 ans
OBERSON (LAVAL) DEPUIS : 17 ans
SKIS AUX PIEDS À : 2 ans et demi
SPÉCIALITÉ : planche à neige hors-piste
PIQÛRE DES CHIC-CHOCS : il y a 12 ans

« Il y a 12 ans, un copain est déménagé à Murdochville. Avant, c’était un village abandonné. Aujourd’hui, c’est un vrai village de ski avec de l’hébergement à prix modique. C’est très dynamique aussi grâce à des gens comme Guillaume Molaison, proprio du Chic-Chac, un endroit fort sympathique où se retrouvent les amateurs de hors-piste. Je me rappelle, on skiait avec des planches qu’on coupait nous-mêmes pour pouvoir monter en ski et on les rassemblait comme on pouvait rendus en haut. Aujourd’hui, l’équipement est techniquement mieux adapté pour ce genre de terrain. J’aime les obstacles, le défi ; ici, il y a beaucoup d’arbres et de roches. Je préfère ça aux grands bols. Mes secteurs de prédilection ? Champ-de-Mars, les monts York et Porphyre. Les descentes — souvent peu nombreuses — sont très exigeantes, ce qui fait qu’ici, on se couche tôt et on se lève tôt pour être prêts pour les premières traces. La neige naturelle est extrêmement abondante. En Gaspésie, ça tombe souvent à coup de 30 cm à la fois. J’essaie d’y aller chaque année. »

CHARLES TRUDEAU
ÂGE : 25 ans
OBERSON (DIX30) DEPUIS : 5 ans
SKIS AUX PIEDS À : 4 ans
SPÉCIALITÉ : ski de haute route
PIQÛRE DES CHIC-CHOCS : en 2011
FAIT AMUSANT : photographe amateur

« J’adore monter les montagnes par mes propres moyens avec des peaux d’ascension. Je cherche donc les terrains les plus sauvages qui soient. Sur les forums de ski, tous les passionnés s’entendent pour dire que les Chic-Chocs, c’est la place pour le hors-piste. En 2011, j’ai donc décidé d’y aller pour la première fois avec deux amis du secondaire. On trouvait ça loin, mais c’était l’effort à mettre et ça valait le coup. Au lieu d’utiliser le catski ou le télésiège, on était 100 % autonomes. Pas de guide. Il existe d’ailleurs un livre qui te donne toutes les runs possibles. On roulait avec ça. La quantité de neige, la qualitéde poudreuse et le terrain des Chic-Chocs sont exceptionnels. On n’a vraiment rien à envier à Whistler ! Le terrain offre plein d’obstacles naturels, ce qui fait que tu es toujours défié. Mon secteur de prédilection ? Le mont Lyall, une cuve qui ramasse beaucoup de neige, et les couloirs d’avalanche du mont Hog’s Back, surtout parce qu’en haut, on se croit vraiment dans l’Ouest. J’essaie d’y aller une fois par an. »

MARIE-PIER CROTEAU
ÂGE : 25 ans
OBERSON (DIX30) DEPUIS : 3 ans
SKIS AUX PIEDS À : 3 ans
SPÉCIALITÉ : le ski de haute route
PIQÛRE DES CHIC-CHOCS : il y a 3 ans

« J’ai commencé à faire de la planche à l’âge de 12 ans. C’était mon truc. Je l’ai même enseignée pendant 5 ans avant de revenir au ski hors-piste. C’est avec trois de mes collègues de travail que j’ai fait mon initiation aux Chic-Chocs, il y a trois ans. On était partis en soirée pour rouler de nuit. Un road trip de 10 heures ! L’excitation était déjà palpable dans la voiture. À peine arrivés à Sainte-Annedes‑Monts, où on logeait, on s’est changés et on a pris la direction du mont Blanche-Lamontagne. On a commencé la montée avec nos peaux d’ascension. De la neige, il y en avait en abondance. C’est ça, la Gaspésie. Au sommet, tu es tellement fier de toi et le paysage te récompense. On a concentré notre ski dans ce secteur avec à peine deux descentes dans la journée. Mais quelles descentes ! Ce que j’adore de cet endroit — où j’essaie de retourner chaque année — c’est l’effort intense à fournir pour te surpasser autant que l’état mental dans lequel tu es plongé. Introspection assurée ! »

chicchocs2014-042-432x432

sutton-20-janvier-5-432x600

12873426_432x432

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *